Envie de lire une bande dessinée ? Cliquez vite !

Envie de lire une bande dessinée ? Découvrez sans plus attendre l’histoire de Bienvenuto, tueur à gages pour la Guilde des Chuchoteurs et ancien soldat de la Phalange. Son terrain de jeu n’est autre que la République de Cuidalia, cité puissante du Vieux Royaume. Un nouveau contrat s’offre à l’assassin, la cible portera un masque de renard. Mais sa mission ne va pas se dérouler comme il l’imaginait… Sous fond de Renaissance italienne, Gagner la guerre est l’adaptation du roman de Jean-Philippe Jaworsky. Etes-vous prêt vous risquer dans les ruelles de Ciudalia ?

Plongez dans la Renaissance italienne

couverture-bd-gagner-la-guerre

Gagner la guerre est une véritable pépite livresque, un joyau de la bande dessinée française. Et pour cause, elle est l’adaptation d’un des romans considéré comme le meilleur de la fantasy française. Rien que ça. La lecture de Gagner la guerre débute par une courte préface de Jean-Philippe Jaworsky, il nous raconte comment est né son roman mais surtout comment est apparu le personnage si caractéristique qui le suivra désormais partout: Bienvenuto.

Puis, Jaworsky laisse place à l’intrigue emmenée par son collaborateur et scnéariste Frédéric Genêt, qui retranscrit graphiquement l’oeuvre de son contemporain, mais nous y reviendrons plus tard. Les deux hommes nous invitent donc à découvrir un univers aux allures de renaissance italienne teintée de fantasy et autant dire que le résultat est réussi.

La république en péril

L’histoire se déroule dans la République de Ciudalia, cité-état prospère et puissante appartenant au Vieux Royaume. Le système politique prend la forme d’un bipartisme, d’un côté les Souverainistes et de l’autre les Ploutocrates, le pouvoir étant géré par deux Podestat élus préalablement par le Sénat. Mais tout n’est pas si rose à Ciudalia puisque se murmure ici et là qu’une guerre se prépare contre le Royaume de Ressine, dirigé par un seul homme, le “Chah”.

La première force de Gagner la guerre réside donc dans la richesse de son univers. Une carte est d’ailleurs disponible à l’intérieur de la bande dessinée afin que le lecteur puisse se familiariser avec les différentes régions du Vieux Royaume. Cet univers est fortement inspiré de la renaissance italienne et en ça Frédéric Gênet à réalisé un travail admirable. Les dessins sont réellement beaux et les couleurs apportent vie à l’ouvrage. Tantôt sombre tantôt plus enjouée, l’ambiance change à mesure que l’intrigue avance. et graphiquement c’est un pur régal.

Une richesse scénaristique

Les dialogues sont fluides et voguent avec une certaine aisance tout au long de Gagner la guerre. L’exercice scénaristique guidé par Frédéric Gênet associe avec brio les scènes épiques et les flash-back, ce qui équilibre l’intrigue afin que lecteur ne soit pas déboussolé. La narration est dynamique et permet aux dialogues d’aller directement à l’essentiel, c’est d’ailleurs pour cela que Gagner la guerre se lit assez rapidement.

Le pilier qui soutien cet ensemble est bien évidemment Bienvenuto, un ancien soldat de la Phalange, l’armée de Ciudalia, devenu assassin pour le compte de la Guide des Chuchoteurs, une organisation des plus secrète et crainte par le plus grand nombre. Malmené par la vie, Bienvenuto est un homme charismatique et parfois sévère, ses méthodes sont le plus souvent radicales et il n’hésite pas à jouer de sa réputation pour obtenir ce qu’il désire.

Pendant que la guerre menace d’éclater, Bienvenuto accepte un énième contrat accompagné de plusieurs conditions. Sa mission sera de tuer un homme en utilisant et uniquement la lame d’une dague et non pas une quelconque arbalète, arme fétiche de l’assassin, plus rapide mais moins discret. Bienvenuto accepte, la cible ne fera plus partie de ce bas-monde le soir venu. Mais tout ne se déroule pas comme prévu. La cible porte un masque de renard et est accompagnée d’un sorcier, Bienvenuto est pris au piège, tout ceci n’était qu’un stratagème: il est la cible.

Gagner la Guerre est une belle entrée en matière pour celles et ceux qui n’ont pas lu le roman orignal de Jean-Philippe Jaworsky, mais n’ayez crainte, la bande dessinée est une adaptation des plus réussie et sans aucun doute un plaisir de lecture pour tout un chacun.

Related posts

Leave a Comment